Le coping pour un meilleur équilibre psycho-émotionnel

Le terme coping vient de l’anglais to cope : faire face

Cet anglicisme désigne les réactions et les stratégies d’adaptation que vous pouvez mettre en place en réponse à un stress : vos efforts pour résoudre les problèmes ou améliorer votre état, en composant émotionnellement avec la situation ou en vous confrontant à la difficulté. La pratique répétée contribue à améliorer • votre capacité à faire face • votre qualité de vie, dans la mesure où elle vous aide à amoindrir les effets des stress futurs.

L’agent stresseur, qui peut être physique (ex : la maladie) ou psychologique (ex : un commentaire désobligeant à votre en contre), cause une tension sur votre corps et le déséquilibre. Ce faisant, une activation consciente ou inconsciente de filtres s’opère en vous (influence du passé, croyances, anxiété, défense de soi, endurance, etc.) et vous procédez à une évaluation des différentes possibilités qui s’offrent à vous :

  • fuir ?
  • combattre ?
  • rester inhibé•e ?

en fonction de ce qu’il y a en jeu et des émotions que la situation provoque en vous.

La stratégie du coping vous invite à choisir entre deux autres options :

  1. centrée sur l’émotion, en diminuant la tension émotionnelle et en régulant votre détresse. Ceci ne change rien au problème mais à la façon dont vous le vivez. Il s’agit du coping passif.
  2. centrée sur le problème, en maîtrisant la situation qui cause le déséquilibre et, indirectement, les émotions induites. Il s’agit du coping actif.

Concrètement, qu’est-ce que vous pouvez faire ?

Coping passifapproprié quand la tension est de courte durée ou si le coping actif sur le problème n’est pas possible (ex : en cas de deuil).

Respirer de manière calme et en conscience.

Focaliser votre attention ailleurs (sport, loisir, etc.).

Partager vos sentiments avec une tierce personne (conjoint, ami•e, thérapeute).

Avoir recours à l’humour, exagérer les côtés positifs ou sous-estimer les côtés négatifs du problème.

Rappeler une visualisation positive, préalablement activée avec un.e sophrologue.

Coping actifpertinent quand on connaît les techniques de gestion de crise, qu’on est combatif, qu’on a un réseau social étoffé ou si on n’a pas de difficulté à demander de l’aide, même à un•e inconnu•e.

Se confronter au problème.

Gérer la crise.

Rechercher davantage d’informations sur le problème.

Trouver un soutien personnel ou matériel auprès de votre réseau.

 

Le coping est efficace s’il vous permet • de diminuer ou de maîtriser l’impact de l’agent stresseur sur votre bien-être psychique et physiologique • de ne pas tomber dans une addiction (surinformation, confrontation permanente, alcool, etc.) ou dans l’autoaccusation de fautes imaginaires ou très exagérées par rapport à la réalité.

Laisser un commentaire

Consent management powered by Real Cookie Banner